LE VENGEUR AUX POINGS D'ACIER

Titre: Fist of Unicorn
ou: The Unicorn Palm
ou: Le Combat du Dragon
ou: The Unicorn Fist
ou: Bruce Lee & I
Réalisateur: Tang Ti
Interprètes: Unicorn Chan

 

Yasuaki Kurata
Mung Hoi
Chin Tin
Kitty Meng
Mars
Bruce Lee
Jackie Chan
Année: 1973
Genre: Kung Fu
Pays: Hong Kong
Editeur Le Film Retrouvé
Violence: * *
Erotisme: * *
Suite:  

45%

Résumé:

Le vagabond Lung, dont les parents ont été assassinés, acceptent de vivre en compagnie d'une veuve et d'un enfant nommé Tiger. Un peu plus tard, Tiger ennuie le fils d'un notable, lequel tue plusieurs acrobates. Une jeune fille y échappe et se réfugie sous la protection de Lung. Celui-ci va devoir utiliser sa fameuse technique secrète de la Licorne pour se défendre.

Critique:

Ce kung fu de seconde zone s'apparente un peu à une bruceploitation mais son histoire est plus complexe.

Des producteurs souhaitaient imposer une nouvelle vedette des arts martiaux et ils misèrent sur Unicorn Chan, un ami d'enfance de Bruce Lee. Lequel refusa d'apparaître dans le film, conscient d'être utilisé à des fins commercials, mais accepta de chorégraphier les combats. Le Petit Dragon fut ensuite berné par les producteurs qui filmèrent quelques images d'entrainement afin de les intégrer au métrage final. Bruce Lee et Unicorn Chan se brouillèrent plus ou moins et la super-star attaqua les producteurs pour avoir ainsi utiliser son image. Mais sa mort mis fin à cet imbroglio et le film sortit ensuite sous le titre du Combat du Dragon, ou du Vengeur aux Poings d'Acier.

Certains éditeurs n'hésitèrent pas à placer Lee en vedette, à le placer sur l'affiche et à déclarer qu'il s'agissait du "classique oublié" du Petit Dragon. Même si ce dernier n'apparaît qu'une dizaine de secondes et que ces images s'intègrent fort mal au reste du métrage.

Jackie Chan y figure également en tant que cascadeur / figurant (mais où? aucune idée!), tout comme Mars, mais la star est donc ce fameux Unicorn Chan. Lequel, il faut bien l'avouer n'est ni très beau, ni très charismatique. Comme en plus il joue assez mal la comédie et ne se montre pas vraiment doué en kung-fu on peut dire que nous ne sommes pas vraiment en présence d'un rival sérieux à Bruce Lee. Plutôt en face de son antithèse, même.

Unicorn Charn n'a pas vraiment l'occasion de montrer ses talents, sa technique étant apparemment assez basique. Sa carrière ne décolla jamais vraiment et, quelques années plus tard, l'acteur décéda dans un accident de voiture.

L'intrigue de ce métrage, elle, est très basique, dans la lignée de Big Boss, avec ce fier combattant qui refuse obstinément de se battre jusqu'à ce que les choses aillent définitivement trop loin. Niveau martial tout est assez médiocre, le spectateur aura d'ailleurs du mal à admettre que Lee a vraiment chorégraphié tous les combats car, à une ou deux exceptions près, ils se situent en deça de la moyenne. Rien d'emballant donc malgrè la présence de Kurata en méchant.

Nous sommes très loin du niveau atteint par les véritables Bruce Lee de cette époque. Le scénario, typique du kung fu bis des seventies, est de toute façon trop médiocre pour passionner, se contentant d'aditionner les scènes attendues sans épargner le moindre cliché. L'ensemble manque également d'action et les personnages sont très peu développés, même si le cinéaste prend beaucoup de temps à présenter la situation et les différents intervenants. Ce qui s'avère plutôt préjudiciable étant donné la platitude de l'intrigue et le manque de conviction des intervenants. Bref, de nombreux bémols.

Il est certain que ce Fist of the Unicorn constitue un kung fu bas de gamme sans beaucoup d'intérêt. Les plus acharnés souhaiteront sans doute y jeter un coup d'œil pour son casting ou la présence anecdotique de Bruce Lee. Malheureusement il faut avouer que même en tant que simple curiosité le métrage ne tient guère la distance et s'avère plutôt ennuyeux. Il existe pourtant en deux versions, l'internationale (celle présentée ici, avec le flash-back de la mort des parents et quelques secondes supplémentaires de Lee) et l'originale, en mandarin, plus courte de 8 minutes.

Rien d'emballant.

Au niveau du DVD ce n'est pas la joie non plus, avec une affreuse image recadrée et antique. La bande sonore est en uniquement disponible dans une version piètrement doublée au souffle tenace. Même pour un prix modique ce n'est donc pas la joir.