FACE

Titre: Face
ou:  
Réalisateur: Sang-Gon Yoo
Interprètes: Yun-a Song

 

Hyeon-jun Shin
Seung wook Kim
Seok-Hwan An
 
 
Année: 2004
Genre: Fantastique / Drame / Thriller / Horreur
Pays: Corée
Editeur Studio Canal
Violence: * * *
Erotisme: *
Suite:  

40%

Résumé:

 

Critique:

L'intrigue de FACE possède, de prime abord, une certaine originalité: prendre comme héros un spécialiste de la reconstitution faciale n'est pas si courrant. En effet, le personnage principal exerce cet étrange métier consistant à "remodeler", en partant d'un crâne, le visage d'une personne disparue décédée afin d'aider les enquêteur. Sa fille souffre d'une maladie de cœur et il se rend compte que l'organe greffé provient d'une demoiselle assassinée, d'où un mystère impliquant le trafic d'organe. Heureusement, une jeune apprentie vient aider notre héros dans sa tâche. Et, dans le même temps, le fantôme d'une victime se manifeste également.

On le voit, FACE repose sur un scénario assez classique mais doté d'un certain potentiel et il est certain qu'en de meilleures mains l'ensemble eut constitué un thriller horrifique tout à fait acceptable. Hélas, la motivation de l'équipe est loin d'être perceptible.

La mise en scène, tout d'abord, se montre plus appliquée qu'inspirée même si elle s'appuie, comme souvent dans les métrages coréens, sur une belle image bien soignée. Photographie et technique ne sauvent cependant pas le film, la faute à un rythme vraiment trop assoupi. Lent et dénué du moindre suspense, FACE suscite rapidement l'ennui, d'autant que les interprètes sont vraiment peu convaincants.

L'intrigue, elle, prend rapidement un chemin des plus prévisibles, concernant l'identité et les motivations du meurtriers d'abord mais aussi au niveau des péripéties successives, plutôt convenues. Comme beaucoup de films de ce type, FACE nous offre évidemment un twist final à ce point prévisible qu'on se demande qui pourrait encore s'en trouver surpris.

Que reste t'il donc à FACE pour convaincre? Pas grand-chose, le cinéaste sortant la grosse artillerie de l'épouvante dès les premières minutes: balançoire grinçant dans le vent, ombre portée venue d'on ne sait où, apparition soudaine du fantôme dans un miroir ou derrière un objet familier,... Sang-Gon Yoo s'inspire largement de ses prédécesseurs, RING, THE GRUDGE et DEUX SŒURS en tête mais aussi LE SIXIEME SENS. Inutile de préciser qu'il ne parvient pas à la cheville des œuvres précitées.

Pour ne rien arranger, les dialogues sont au mieux insipides et parfois affligeant (« si il a voulu tout faire disparaître c’est qu’il a quelque chose à cacher » démontre une logique de Sherlock du pauvre franchement ridicule!)

Avec son curieux mélange de drame, de fantastique, d'épouvante, de thriller / serial killer et de romance mélodramatique, FACE avait suffisamment d'atout pour s'imposer mais malheureusement, nous sommes forcés de constater l'échec de l'entreprise, laquelle ne fait illusion que durant les trois premiers quarts d'heures (et encore!) avant de s'écrouler lamentablement.

Même avec une durée réduite (une heure vingt et des poussières), FACE est profondément ennuyeux et constitue donc une pénible déception.