L'EMPIRE DES SENS
Titre: Ai No Corrida
ou: In The Realms Of The Senses
Réalisateur: Nagisha Oshima
Interprètes: Eiko Matsuda

 

Tatsuya Fuji
Meika Seri
 
 
 

                      
                      
Année: 1975
Genre: Drame / Erotique / Porno
Pays: Japon / France
Editeur  
Violence: * *
Erotisme: * * * * *

65%

Résumé:

Abe Sada est une geisha qui tombe amoureuse de Kichizo, le mari de sa patronne. Elle entame avec lui une relation sexuelle totale qui passe par le masochisme et la conduit finalement à castrer et tuer son amant.

 

Critique:

Ce film est sorti en plein milieu de la vogue des films pornos de classe (illustrée par les chef d'oeuvres "Story Of Joanna", "Memories Within Miss Aggie" et "The Devil in Miss Jones" de Gerard Damiano ou encore "Behind The Green Door" des frères Mitchell) et fut aussitôt auréolé d'un parfum de scandale.

Encore aujourd'hui, "L'Empire des Sens" figure immanquablement sur la liste des plus grands films de l'histoire du cinéma, que ce soit dans le très sérieux dictionnaire des films Larousse ou dans la plus ludique encyclopédie du cinéma X de La Musardine. On ne m'en voudra donc pas de donner ici un avis plus nuancé, rejoignant en cela le fameux critique Leonard Maltin qui juge le fim prétentieux.

Sans nier les qualités du film d'Oshima au niveau de la mise en scène et de l'interprétation, force est d'avouer que l'intrigue est très simple et génère finalement peu d'émotions. Bien sûr, il s'agit d'un porno et on ne demande pas à ce genre cinématographique une intrigue aussi solide que le membre viril des acteurs. Mais, ici, on finit par trouver cette succession de saynètes un peu étouffantes. Et surtout fort peu érotique.

Malgrè une longue suite de vignettes pornographiques, l'ensemble peine à procurer une quelconque excitation. Pardonnerait on à une comédie de ne pas être drôle, quelques soient ses autres qualités? Sans doute pas. On est donc en droit de ne pas porter aux nues ce film porno finalement peu érotique.

Les amateurs lui préfèront les deux volets - excellents - de la série japonaise "Daydream" (cf ces titres) et, sur le thème de l'amour total allant jusqu'à la mort, on citera le superbe "Story Of Joanna" de Damiano qui, lui, est authentiquement poétique, littéraire, intimiste et excitant.