DUEL OF THE ULTIMATE WEAPONS

Titre:

Gwangdongwan So Hwa-jin

ou: Death Weapons
Réalisateur: Kim Chin Yung
Interprètes: Hwang Jang Lee

 

Simon Lin
David Chung
 
 
 
 
Année: 1983
Genre: Kung Fu
Pays: Corée du Sud
Editeur Kung Fu Classics
Violence: * *
Erotisme: *
Suite:  

65%

Résumé:

Un redoutable combattant écume la Chine et défie tous les grands maîtres des arts martiaux. Le fils d'un des maîtres assassinés apprend le kung-fu afin de se venger.

 

Critique:

Voici une petite production assez sympathique même si elle n'innove pas vraiment sur le terrain balisé de la kung-fu comedy. Un terme peut-être inapproprié d'ailleurs car le ton évolue entre le léger et le tragique. Nous trouvons ici un étudiant dissipé que son père confie à un maître largement inspiré, évidemment, par le Drunken Master. Le jeune homme n'est guère intéressé par les arts martiaux, préférant draguer la cohorte de prostituée que le maître escorte de villes en villes. En fait il les vend et les récupère pour leur permettre de se faire un peu d'argent et de s'établir dans leur village en compagnie de leur amoureux. D'où un certain désappointement de la part du disciple lorsqu'il constate que la demoiselle sur laquelle il a flashé est promise à un autre. Toute cette première partie est légère, inoffensive et assez insignifiante.

Malgré l'un ou l'autre passage original, le cinéaste ne pousse pas très loin l'aspect romantique et les quelques traits d'humour sont plutôt lourds. Incohérent et peu développé, ces séquences servent de remplissage aux duels martiaux de Hwang Jang Lee. Le superkicker joue ici un personnage très méchant, assez classique il faut l'avouer, qui se contente de battre la campagne en quête d'adversaire. Il défie successivement une série de combattants et demeure invaincu.

Intervient alors la jonction entre les deux intrigues apparemment indépendante: Hwang Jang Lee tue le père de notre apprenti combattant. Après avoir pris une raclée en essayant de venger son paternel, l'étudiant retourne auprès de son sifu, la queue entre les jambes et se met sérieusement à l'étude. On le voit, rien de follement original mais une bonne énergie générale malgré un budget manifestement réduit qui privilégie les duels bucoliques. La dernière demi-heure est pourtant bien menée, avec des scènes d'apprentissage efficaces et un duel final de 6 bonnes minutes, véritable festival de kicks en plein visage. Hwang Jang Lee montre toute l'étendue de ses talents et le voir en action demeure un plaisir dont il serait dommage de se priver. Cela dit, le film est loin du chef d'oeuvre et, hors des bastons, l'ensemble reste laborieux. Regrettons aussi un titre inapproprié qui fait miroiter des armes fabuleuses et des gadgets type ninja: les seuls armes des protagonistes sont leurs poings et leurs pieds! Râlant!

Mais la quantité et la qualité des combats sont tel qu'on passe au final un bon moment. Recommandé pour les fans de Hwang Jang Lee, sans hésiter.

Au niveau du DVD de Kung-fu classics ce n'est franchement pas la joie: bande sonore ne anglais uniquement affreuse (le son est tellement mauvais que certains dialogues sont quasi inaudibles), image terne et rayée par les ans. Dommage, d'autant que ce Duel eut mérité un peu plus d'attention. Quelques passages sont également assez bizarres: est-ce des faux raccords ou des sautes du master utilisé? Mystère! Sans être un chef d'oeuvre, ce petit kung fu old school plutôt efficace eut mérité une édition plus soignée. On se consolera en se disant qu' ce prix là, on en a quand même pour son argent.