THE DRAGON MISSILE

Titre: The Dragon Missile
ou: The Guillotine
Réalisateur: Ho Meng Hua
Interprètes: Lo Lieh

l

Lau Wing
Nancy Yen
Ku Feng
Norman Chu
 
 
Année: 1976
Genre: Kung fu Shaw Brothers
Pays: Hong Kong
Editeur Celestial
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

65 %

Résumé:

Le tueur Sim Jun travaille pour un notable corrompu et tyrannique qui désire s'emparer d'une herbe susceptible de guérir une blessure potentiellement mortelle. Le remède est gardé par l'herboriste Tan et Sim Jun, aidé par six mercenaires, n'hésite pas à assassiner le vieil homme pour s'en emparer. Tuant plusieurs innocents, Sim Jun finit par se mettre à dos ses associés et la situation devient encore plus tendue lorsqu'un couple se lance à sa poursuite afin de venger leurs parents.

Critique:

Symptomatique du cinéma martial orienté vers les gadgets de Ho Meng Hua, DRAGON MISSILE ouvre la porte à tant d'interprétation freudienne qu'il serait dommage de ne pas se laisser tenter par une relecture de cette œuvre distrayante. En effet, plus encore que le diptyque FLYING GUILLOTINE, le métrage repose essentiellement sur l'arme utilisée par le tueur Lo Lieh, un boomerang phallique à l'efficacité redoutable.

Lo Lieh incarne donc Sim Jun, lequel travaille pour un notable corrompu et tyrannique (Ku Feng) qui désire s'emparer d'une herbe susceptible de guérir une blessure potentiellement mortelle. Le remède est gardé par l'herboriste Tan et Sim Jun, aidé par six mercenaires, n'hésite pas à assassiner le vieil homme pour s'en emparer. Tuant plusieurs innocents, Sim Jun finit par se mettre à dos ses associés et la situation devient encore plus tendue lorsqu'un couple se lance à sa poursuite afin de venger leurs parents.

Le "Dragon Missile" du titre constitue le nouveau gadget imaginé par Ho Meng Hua, une sorte de boomerang meurtrier et une variation évidente sur la redoutable "guillotine volante". Ici aussi les victimes tombent décapitées et personne ne semble capable de s'opposer au redoutable criminel. Pourtant, sans celui-ci, Lo Lieh n'est qu'une petite frappe sans envergure et, tout au long du métrage, il va s'employer à démontrer l'efficacité de son "engin", lequel lui donne le droit de se prétendre expert en arts martiaux.

La première tentative de castration aura d'ailleurs lieu après qu'une fille ait sacrifié sa vertu afin qu'au terme d'une nuit d'amour elle puisse s'emparer de l'arme mortelle. Mais cette tentative échoue et il faudra l'intervention d'un couple pour neutraliser, à l'aide d'un banal filet de pêche, le terrible "dragon missile". Ainsi privé de son prolongement viril, Lo Lieh n'est plus rien et il suffira de peu pour le vaincre, au terme d'un combat très classique et rapidement expédié.

DRAGON MISSILE se révèle, en définitive, plutôt plaisant. Son rythme est efficace (une durée de 80 minutes étant d'ailleurs adéquate pour un sujet aussi mince), son intrigue basique offre quelques rebondissements sympathiques (le subterfuge de Lo Lieh qui brûle le remède en prétendant qu'ainsi "personne ne l'aura"…avant de venir récupérer les cendres!) et le côté profondément kitsch des effets visuels (lorsque le "dragon missile" intervient) confèrent à l'ensemble un charme suranné encore appréciable pour les amateurs.

Bref, nous sommes loin d'un chef d'œuvre mais le contrat de divertissement est globalement rempli et c'est bien là l'essentiel.

Un bon petit Ho Meng Hua donc…avec cette unique phrase on a d'ailleurs déjà presque tout dit…les fans apprécieront et les autres s'abstiendront ou retournerons sagement aux rares titres plus "traditionnels" et moins déjantés du cinéaste dont bien sûr son chef d'oeuvre LES GRIFFES DE JADE!