DRAGON FROM RUSSIA

Titre: Hong chang fei long
ou: Crying Freeman
Réalisateur: Clarence Ford
Interprètes: Sam Hui

 

Carrie Ng
Maggie Cheung
Dean Shek
Nina Li
Yuen Tak
Yuen Wah
Année: 1990
Genre: Manga live / kung fu comedy
Pays: Hong Kong
Editeur HK Legends
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

60%

Résumé:

Un jeune homme est entrainé par un vieux maître et son assistante pour devenir le meilleur assassin qui soit. Le Crying Freeman est prêt à remplir ses contrats!

 

Critique:

Cette adaptation du manga Crying Freeman ne fait pas vraiment le poids face à celle de Christophe Gans. Mais on ne s'y ennuie pas trop, finalement. Le gros problème du métrage réside essentiellement dans son scénario troué comme un gruyère. On ne comprend pas grand-chose à ce qui se passe à l'écran, on voit débouler un personnage, en disparaître un autre et les interactions entre tout ce petit monde semblent souvent se dérouler en dépit du bon sens. Autre problème: l'ensemble est complètement bancal, allant de passages violents à d'autres d'une grande naïveté, d'intermèdes romantiques à des passages de comédie débile avec lâcher de pêts et autres idioties.

L'histoire est assez floue, passe d'un continent à un autre, et ne semble pas vouloir ralentir le rythme un instant malgrè des passages plutôt mal ficelés. En fait, cela devient rapidement impossible à suivre et les expérimentations du cinéastes, couplées à un montage à la hache transforment l'intrigue en une suite de séquences totalement décomplexées.

Bref, c'est lourd, d'autant que Clarence Ford ne fait aucun effort pour rendre le tout plus digeste. Et puis il faut avouer que certaines décisions de casting sont aberrantes, qu'un même personnage est parfois joué par deux acteurs (Yuen Tak et Yuen Wah), que le méchant est doté d'une tronche à la Elephant Man pour des raisons farfelues, etc.

Niveau interprétation, Sam Hui n'a pas trop l'âge de jouer au jeune héros romantique: il est quand même moins beau et charismatique que Mark Dacascos, vous pouvez passer votre chemin les filles. En plus il ne connaît rien aux arts martiaux, ce qui dans un film qui multiplie les combats finit par poser problème...Heureusement que la doublure est de rigueur et que le bonhomme porte souvent un masque! Même si Clarence Ford prétend le contraire dans l'interview Hui n'était pas l'homme du rôle, tout simplement.

Que reste t'il donc de bon dans tout ça? Et bien un certain savoir faire d'honnête faiseur de la part de Clarence Ford, l'homme qui aime les tueuses lesbiennes avec des flingues. Mais bon, pas de ça ici, nous avons bien une demoiselle à la sexualité ambiguë mais on ne verra rien. Et dans la scène de la douche l'actrice porte un maillot de bain. Oui! Je sais c'est aberrant mais c'est ainsi, fan de Naked Killer rejoignez les filles déjà parties et passez votre chemin aussi.

Evidemment, nous avons de bons combats bien aériens et délirants, avec des chorégraphies réussies et outrageusement câblées. Vu le ton volontiers déjanté du film, cela ne gêne pas trop. Des affrontements courts mais diversifiés et surtout suffisamment nombreux pour que l'on ne s'ennuie pas. Les dernières vingt minutes mettent carrément le paquet niveau action et grosses explosions spectaculaires, à la grande joie des amateurs de pif paf. Mais l'abus des cables risque de décontenancer les adeptes du old-school. Eux aussi peuvent passer leur chemin et rattraper ceux qui sont déjà partis...

Dragon From Russia n'est donc pas une grande réussite. Il apparaît en outre bien daté, on dirait un film à petit budget du début des années 80 alors qu'il fut tourné en 1990. Mais ça se laisse voir...c'est même assez sympa par moment. Faut aimer la grosse série B tournée n'importe comment. Ouf, les fans de bis peuvent rester. Un peu plus et on aurait perdu tous les spectateurs potentiels!

Je vais m'arrêter là car plus j'essaie de rendre ce texte cohérent et plus je pense embrouiller les choses. Ma seule excuse est que le métrage en lui-même est terriblement confus.

Pour le DVD on trouve une piste son 5.1. assez discrète et pas vraiment spectaculaire en VO sous-titrée anglais (ou doublée anglais) et quelques bonus dont un commentaire audio de Ford. Ce dernier est également interviewé durant une quinzaine de minutes.

On trouve en outre une séquence coupée assez ridicule qui aurait encore embrouillé les choses, pour une fois ce fut une sage décision de laisser les ciseaux fonctionner. Quelques bandes annonces et les trailers d'autres titres sont de la partie.

Et Maggie Q taille une bavette (une bavette j'ai dit, pas autre chose bande de pervers) à Bey Logan comme sur pas mal de DVD de HK Legends. Pas très intéressant à écouter mais bon, vous pouvez toujours couper le son et regarder la belle vous faire de grands sourires cajoleurs. C'est ça aussi l'interactivité!