DOUBLE TEAM
Titre: Double Team
Réalisateur: Tsui Hark
Interprètes: Jean-Claude Van Damme

 

Mickey Rourke
Dennis Rodman
Natacha Lindinger
 
 

                      
                      
Année: 1996
Genre: Action
Pays: USA
Editeur  
Violence: * *
Erotisme: * *

70%

Résumé:

Lorsque son vieil ennemi Stavros réapparaît, l'agent secret Jack Quinn doit quitter la quiétude du Sud de la France pour reprendre du service. Une délicate opération est mise en place mais elle échoue et Quinn tue accidentellement le fils de son rival. Ce dernier décide de se venger en kidnappant la femme de son Quinn tandis que celui-ci moisit dans une prison de haute sécurité située en pleine mer.

 

Critique:

Mazette, quel film! Un vrai chef d'oeuvre...de la zone Z. Comment Tsui Hark a t'il put réaliser une chose, aussi ringarde que jouissive au second degré? On se le demande encore, tout en avançant un ou deux éléments de réponses. Sans doute peu convaincu des talents de sa vedette imposée, le cinéaste culte de Hong Kong se lâche complètement et semble avoir toujours une longueur d'avance sur le scénario. C'est bien simple, tout va trop vite dans "Double Team". Au final, le spectateur a constamment l'impression que le monteur a coupé le début et la fin de chaque séquence pour n'en garder que les éléments les plus signifiants, d'où une certaine incompréhension des tenants et aboutissants.

Mais vitesse excessive ne veut pas dire rythme efficace pour autant et, après quarante cinq minutes de métrage, le spectateur normalemet constitué est déjà lessivé. Hark, lui, s'en fout: il expérimente. De nouvelles manières de filmer l'action, de faire exploser le décor, de tout casser quoi! Quite à sombrer dans le n'importe quoi assumé!

Tsui Hark nourrit donc ce film monstre de ses influences. Il louche tour à tour vers le "Prisonnier", vers les polars français des seventies qu'il adore, vers sa propre légende aussi, avec des scènes aux limites de l'auto-parodie. Pour lier la sauce, il se satisfait d'une intrigue prétexte, sorte de décalque sous-acide des James Bond et enchaîne les passages les plus idiots, terminant par un pétage de plombs dans le colisée de Rome qui renvoie tant à La Fureur du Dragon qu'a un vigilante movie basique. Il faut avoir vu Mickey Rourke, mauvais comme cochon, se battre torse nu avec Van Damme, dans une arène piégée, alors que rôde un féroce tigre du Bengale (si!si!) pour mesurer le degré de douce folie règnant dans cette production sinon très jouissive.

L'humour pachydermique n'arrange évidemment rien et pourtant le spectateur peut prendre plaisir à tout ça, sans être dupe de la nullité crasse du produit fini. Parce que l'ensemble constitue malgrè tout un concentré d'action explosive et de passages bis décalés. Parce que les trois têtes d'affiches ont rarement été aussi délirantes, se livrant à une série de cabotinages en roue libre atroces et impayables. Fusillade anversoise, évasion rocambolesque d'une île prison, moines adeptes des nouvelles technologies ("cyber-monks"), destruction massive de la moindre parcelle de décor: tout est réuni pour éviter au spectateur de s'ennuyer. Et, à ce niveau, le pari est pleinement réussi! "Entertainement" assuré

En résumé, "Double Team" est un vrai nanar mais il fait rire et on ne s'y ennuie pas une seconde malgrè (ou plutôt à cause de) sa stupidité abyssale. A voir entre potes et avec du pop-corn, vous verrez ça passe mieux ainsi. Cela dit les fans de Tsui Hark seront légitimement attérés, mais qu'ils se rassurent...il fera pire avec "Piège à Hong Kong".