DON

Titre: Don
ou:  
Réalisateur: Farhan Akhtar
Interprètes: Shah Rukh Khan

 

Priyanka Chopra
Arjun Rampal
Isha Koppikar
Kareen Kapoor
 
 
Année: 2005
Genre: Aventures / Action / Thriller
Pays: Inde
Editeur  
Violence: * *
Erotisme: *
Suite:  

75%

Résumé:

Don est un des plus puissants gangsters de Malaisie. Mais diverses personnes tentent de détruire son empire du crime, en particulier le policier DeSilva et une jeune femme dont le frère a été abattu par Don. Après avoir arrêté Don au terme d'une poursuite haletante, DeSilva imagine de remplacer le gangster par Vijay, son sosie, un jeune homme pauvre qu'il va envoyer infiltrer la pègre.

Critique:

DON est le remake d'un classique du cinéma bollywoodien jadis interprété par Amitabh Bachchan. Dans cette version remise au goût du jour c'est Shah Rukh Khan qui reprend ce rôle emblématique. Il incarne ici un gangster charismatique grandement aidé par une batterie de gadgets à la James Bond. Le scénario, étalé sur 3 heures, prend évidemment le temps de multiplier les retournements de situations et autres coups tordus, au point de se permettre un ou deux twists casse-gueule et pourtant bien amenés même si, à tête reposée, certaines idées semblent tirées par les cheveux.

Le mega-twits final, pour sa part, parait tellement énorme qu'il en devient paradoxalement un peu prévisible…d'un côté il ne tient pas vraiment la route, de l'autre il explique certaines invraisemblances précédentes et, en tout cas, il achève plutôt adroitement le métrage.

L'ensemble comprend bien sûr une poignée de morceaux chantés et dansés qui réussissent, oh surprise!, à ne point paraître trop incongru dans un blockbuster d'action bien rythmé. Un bémol pourtant pour la "pause" dans la communauté indienne de Kuala Lupur qui casse le rythme et n'apporte guère au déroulement général d'une intrigue sinon solide. Les autres chansons, elles, sont efficaces et entraînantes, à la fois modernes et subtilement rétro avec un petit coté disco "paillette, champagne et girls glamour" plutôt agréables.

Même si il est difficile de maintenir un rythme frénétique sur une longueur aussi importante, le réalisateur parvient à un bon compromis entre l'aspect thriller mafieux, l'action et la romance et réussit à garder constamment l'attention du public. Il offre en outre une poignée de séquences d'action assez spectaculaires. Bien sûr, les esprits grincheux remarqueront - à juste titre - que la plupart de ces scènes rappellent fortement d'autres blockbusters occidentaux (les James Bond sont particulièrement pompés, que ce soit dans la séquence parisienne, pendant la course poursuite en voiture ou lors du saut de deux hommes depuis un avion…avec un seul parachute disponible!).

D'autres passages, comme celui de l'hôpital, semblent sous influence de VOLTE/ FACE et certaines situations paraissent, elles, inspirées du hongkongais INFERNAL AFFAIRS, moins en terme d'intrigue proprement dite que dans la manière d'aborder l'aspect double personnalité du héros. Enfin, certaines séquences rappellent MISSION:IMPOSSIBLE ou lorgnent vers le cinéma martial récent…N'empêche que DON, en dépit de tous ces hommages, clins d'œil ou plagiats (chaque jugera!) maintient un bon niveau qualitatif et s'avère - surtout - constamment divertissant!

On peut d'ailleurs reprocher pas mal de chose à DON et, en premier lieu, d'être seulement une grosse machine sans âme à la classe frelatée qui mixe vaille que vaille un vieux classique indien respecté avec des éléments disparates empruntés - plus ou moins adroitement - au blockbuster d'action US. On peut aussi le critiquer dans sa manière de prendre son temps à présenter les prémices du script, à multiplier les personnages et à se perdre dans de trop nombreux twists. Le rythme, quoique plutôt efficace, aurait grandement été aidé par un montage un brin plus nerveux et, sans doute, par le retrait d'au moins la séquence chantée précitée…Couper ne serait-ce qu'une vingtaine de minutes de ci de là aurait aussi, probablement, été grandement bénéfique au métrage dans son ensemble. Mais on ne peut pas reprocher à DON d'en donner pour son argent au spectateur et de lui offrir près de trois heures distrayantes et globalement agréables à suivre.

Au niveau cinématographique, DON remet au goût du jour un procédé très seventies également relancé par la série "24 Heures Chrono", à savoir l'utilisation du split-screen. Sinon, la mise en scène s'avère moderne et d'un bon niveau, capable de rivaliser avec des grosses productions internationales budgétairement plus nantie.

DON n'est donc pas le métrage bollywoodien typique, dont il ne retient que quelques éléments caractéristiques - comme les morceaux musicaux. Au contraire, il s'agit surtout d'un film d'action à visées internationales, un blockbuster gavé d'adrénaline basé sur les gros succès du cinéma ricain récents. Ce n'est sans doute pas le chef d'œuvre de la décennie - et ce n'était manifestement pas l'intention du cinéaste - mais "simplement" un pop-corn movie entraînant et énergique. Ce qui, finalement, est déjà pas mal!