DANCE OF THE DRUNKEN MANTIS

Titre: Dance of the Drunk Mantis
ou: Drunken Master 2
Réalisateur: Yuen Woo Ping
Interprètes: Yuen Shi Yi

 

Simon Yuen
Hwang Jang Lee
Corey Yuen Kwai
Dean Shek
 
 
Année: 1979
Genre: Kung Fu Comedy
Pays: Hong Kong
Editeur  
Violence: * *
Erotisme: *
Suite:  

70 %

Résumé:

Un mendiant, maître de la technique de la boxe ivre du sud, rentre chez lui et découvre que sa femme a adopté un jeune homme, Foggy. Ce-dernier souhaite apprendre l'art de son "papa" mais le mendiant s'y refuse. Dans le même temps, Rubber Legs parcourt le pays en quête de So, décidé à le défier en utilisant sa technique personnelle, combinant la drunken boxing du nord avec la tactique de la Praying Mantis.

Critique:

Après le succès phénoménal de Drunken Master, une séquelle devait suivre. Yuen Woo Ping la dirige donc en reprenant les recettes de l'original, y compris son père Simon Yuen dans le rôle du mendiant expert en kung-fu et Hwang Jang Lee dans celui du grand méchant kicker. Jackie, seul, n'est pas de la partie, remplacé ici par Yuen Shun Yi. Mais le scénario, lui, n'a guère changé.

Un jeune homme souhaite apprendre la technique de l'homme ivre auprès d'un vieux mendiant facétieux qui se trouve sur la liste noire d'un dangereux combattant. Les séquences d'entraînement, riche en humour (allant du relativement fin au très lourd) se suivent donc, avec une belle santé, tandis que les combats surviennent à intervalles réguliers.

Le pivot central du métrage est d'ailleurs, sans hésitation possible, l'affrontement entre Simon Yuen et Hwang Jang Lee situé après environ 45 minutes. Débutant de manière posée, avec feintes et "coups vaches" ("buvez ceci", et hop, lancer de bols au visage!), le duel homérique dégénère ensuite en festivals de coups de poings et de pieds, ces derniers étant bien sûr l'apanage du Superkicker en chef Hwang Jang Lee même si, pour une fois, il utilise encore davantage ses redoutables "pattes" de mante religieuse.

Mais Hwang Jang Lee n'est pas venu seul puisqu'il possède un disciple doué, le futur cinéaste Corey Yuen Kwai, qui utilise principalement une lance à fanion rouge typique de Shaolin. Il faudra donc beaucoup de persévérance à Yuen Shun Yi pour vaincre ses deux adversaires et il n'aura pas de trop de l'aide de son "oncle", lequel lui enseignera encore de nouvelles techniques de combats.

Dance of the Drunk Mantis est un poil en deçà sans doute du classique de Jackie Chan, uniquement parce que l'énergie comique et la bonne bouille de l'acteur manquent à l'appel. Il s'agit donc d'une très traditionnelle kung-fu comedy, rythmée et rapide, qui mise exclusivement sur la variété et la hargne des combats pour emporter le morceau. Heureusement, la force de frappe hallucinante de Hwang Jang Lee fait une nouvelle fois merveille et l'ensemble permet de passer un excellent moment.

Une production Seasonal tout à fait satisfaisante pour quiconque s'avère sensible aux charmes un peu surannés de ces duels à répétition sur un bout de prairie désolée. Le seul élément pénible est, on s'en doute, le cabotinage irritant de l'insupportable Dean Shek dans son rôle habituel (unique?) de soi-disant maître de kung fu, arnaqueur, vantard et suffisant.

Malgré ses faiblesses, Dance of the Drunk Mantis assure un divertissement efficace et bien mené.