CITY ON FIRE
Titre: Long Hu Feng Yun
Réalisateur: Ringo Lam
Interprètes: Chow Yuen Fat

 

Danny Lee
 
 
 
 
 
Année: 1987
Genre:  
Pays: Hong Kong
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *

85%

Résumé:

Chow est une taupe, un flic infiltré chez les truands et qui se demande parfois où est encore sa véritable loyauté. Son couple est au bord de la rupture et son amie Hung hésite à le quitter. Quant à son oncle, un vieux flic désabusé en butte à la bureaucratie, il ne parvient plus que difficilement à reconnaitre la police, où chacun espère tirer la couverture à soi au détriment même de l'efficacité des enquêtes. Chow doit donc coincer Fu, un homme devenu gangster parce que le destin en a décidé ainsi. Flic ou voyou...Chacun a un jeu à jouer, qu'il le veuille ou non.

 

Critique:

1987. Ringo Lam est un cinéaste condamné aux oeuvres de commande qui vient de récolter un certain succès commercial avec "Mad Mission IV". De son coté, son ami Chow Yun Fat est une star respectée qui a triomphé grâce au "Syndicat du Crime" de John Woo.

La mode est au polar et Ringo Lam, bercé par les oeuvres de Melville, Michael Mann et Friedkin, peut lancer un film destiné à exploiter la popularité de Chow Yun Fat. Ce sera "City On Fire", premier volet d'une tétralogie thématique (généralement dénommée du terme générique de "Hong Kong On Fire") consacrée à la déliquescence de Hong Kong et à la violence urbaine.


Mais le trublion Ringo Lam préfère axer l'intrigue sur des personnages désabusés et non sur de véritables héros tragiques. Le résultat sera un des meilleurs polars de ses vingt dernières années, une oeuvre de référence devenue culte qui suscita bien des imitations (dont la plus célèbre est bien sûr "Reservoir Dogs" de Quentin Tarentino qui s'est inspiré de la dernière partie de l'oeuvre de Lam).


"City On Fire" dresse donc le tableau d'un univers sordide et violent, dénué du strass et du glamour habituel, un monde où flics et truands se ressemblent finalement beaucoup et où le chaos menace de briser les derniers fragments de cohésion et de tissu social. Les policiers sont même près a faire échouer les enquêtes d'autruis pour recevoir la gloire, les truands, pour leur part, tentent de suivre un code d'honneur à présent obsolète.


Des personnages forts et un scénario riche font toute la différence dans ce film. Ringo Lam refuse le manièrisme et les tics de mise en scène pour privilégier les rapports entre chacun des protagonistes, jusqu'à une conclusion émouvante, violente et désespérée. Excellent!