HISTOIRES DE FANTOMES CHINOIS 2
Titre: Qian Nu You Hun 2 / Sinnui Yauman 2
ou: A Chinese Ghost Story II
Réalisateur: Tony Ching Siu Tung
Interprètes: Leslie Cheung

 

Joey Wang
Wu Ma
Jacky Cheung
Michelle Li
 
                                 
                      
Année: 1990
Genre: Fantasy / Aventures / Kung Fu / Horreur
Pays: Hong Kong
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *

75%

Résumé:

Lin Choi Sin, un jeune collecteur d'impôts, revient dans son village. Il le découvre aux mains de cannibales avant d'être emprisonné par erreur et condamné à mort. Il s'enfuit et s'abrite d'un orage dans une vieille demeure. Lin Choi Sin va ensuite être rejoint par Maitre Yen et le magicien Fleur d'Automne pour combattre un maléfique Grand Prêtre. Parallèlement, il rencontre également la jolie Wind, sosie de son défunt amour.

 

Critique:

La suite d'un film fameux à juste titre. On y retrouve donc un mélange délirant et vivifiant de fantasy, d'humour, d'érotisme gentil, de drame romantique, d'épouvante, d'aventures et de kung-fu. Sans atteindre les sommets du premier volet.

Parmi les bémols de cette séquelle, citons les monstres gigantesques, conçus par le spécialiste anglais Nick Allder, lequel, pourtant doué, a visiblement manqué des moyens nécessaires à la visualisation des délires du despotique Tsui Hark. Le résultat oscille du réussi au passable mais ce coté kitsch ne gêne finalement pas trop.

L'ensemble est malgrè tout un peu boiteux et on peut préférer la poésie de moments intimistes à ces séquences spectaculaires un peu vaines. Comme la procession de jeunes femmes jettant des roses ou un joli baiser en apesanteur. Pourtant, certaines scènes d'action fonctionnent très bien, comme celles mettant en vedette un épéiste bardé de lames décochant des mini-poignards avec une précision impossible. Une sorte de compromis entre la tradition chevaleresque chinoise héritée de Chu Yuan et les délires des western spaghetti les plus inventifs.

Au final, un divertissement sympathique, enlevé et parfois poétique qui ne renouvelle pas totalemnet la réussite quasi miraculeuse du premier volet mais permet de passer une très bonne soirée.

Ce n'est déjà pas si mal.