CHINA STRIKE FORCE

Titre: China Strike Force
ou: Leui ting jin ging
Réalisateur: Stanley Tong
Interprètes: Aaron Kwok Fu Sing

 

Mark Dacascos
Wang Lee Hom
Coolio
Norika Fujiwara
Ruby Lin
Année: 2001
Genre: Action
Pays: Hong Kong
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

70%

Résumé:

L'officier de police Darren et son ami Alex tentent de stopper le redoutable Tony, lequel associé à Coolio, se propose de propager la drogue dans toute l'Asie.

 

Critique:

China Strike Force représente évidemment le prototype du divertissement estival totalement décomplexé. "Summer Mindless Blockbuster" disent les américains dont on peut, une fois n'est pas coutume, souligner le sens de la formule et du résumé. Ici, l'ensemble est un véhicule pour les stars Aaron Kwok et Coolio, vedettes musicales que les producteurs désirent imposer sur le marché international de l'image. A leurs côtés, Mark Dacascos qui, après quelques films marquants (Crying Freeman surtout) retourne aux actioners de série à l'intérêt variable. Et la toute jolie Norika Fujiwara. A part ça, pas grand chose à signaler.

Avec son scénario minimaliste, ses acteurs belles gueules, ses demoiselles bombastiques, sa violence bande dessinées, son érotisme prébubère et ses séquences destroy à répétition, China Strike Force s'adresse majoritairement aux adolescents.

Même si on retrouve un scénario simpliste, Stanley Tong à la réalisation, beaucoup d'humour et de l'action à profusion, China Strike Force n'est pas Police Story, loin de là! Ni même Rush Hour. Est ce à dire que l'on s'y ennuie? Pas vraiment.

Evidemment, on note un paquet de défauts des plus gênants. Aaron Kwok n'est pas un très bon acteur et son numéro de flic en colère n'est donc guère convaincant. Quant à Coolio, il faut supporter son attiude "very muthfucka cool", si vous voyez ce que je veux dire. Et, pire, ses "chansons" dans la bande son.

Mais ce qui sauve finalement le métrage c'est l'action et, heureusement, celle-ci rivalise souvent avec les productions américaines les plus fortunées. Course poursuite sur auto-route entre les méchants et le flic en Formule1 (!), introduction explosive, combats martiaux énervés à souhaits, bref une vraie fiesta. Mais c'est surtout le fabuleux combat final durant lequel bons et méchant s'affrontent sur une vitre à une hauteur vertigineuse qui marque les mémoires. Dans un autre registre, la séquence où Aaron Kwok fantasme sur une jeune femme sexy est un bon moment d'humour.

Alors on peut chipoter sur une grosse baisse de rythme au centre du métrage, sur les insupportables morceaux rap de la bande son, dont un "I Like Girls" qui fait rire au second degré, et sur cette galerie de jeunes premiers et de pseudo-actrices dont le seul talent se situe au niveau de leurs fesses. Et pourtant, malgrè tout cela ou peut-être même un peu grâce à tout cela, China Strike Force s'avère plaisant et on ressort globalement satisfait. Mieux vaut quand même ne pas en attendre trop, sous peine d'être déçu.

Mais, dans la limite de ses modestes ambitions, l'ensemble remplit son office un soir de pluie et constitue une agréable manière d'occuper 90 minutes de son existence si on a rien de plus urgent à faire.