LES JEUNES BONZES DU TEMPLE DE SHAOLIN

Titre: Young Hero of the Shaolin Temple
ou:  
Réalisateur: Tang Cheg da
Interprètes: Hwang Gow Jhu

 

Tang Cheau Chyi
 
 
 
 
 
Année: 1972
Genre: Kung Fu
Pays: Hong Kong
Editeur Seven Sept - Arts Martiaux
Violence: * * *
Erotisme: *
Suite:  

30 %

Résumé:

Le Temple de Shaolin, lieu sacré s'il en est, est menacé par de cruels guerriers qui désirent supprimer un jeune prince réfugié incognito dans le monastère.

 

 

Critique:

Mauvaise série Z inindentifiable cette petite production débute de manière assez classique et montre une série de jeunes moines d'une douzaine d'années à l'entrainement. Acrobaties et humour pataud sont au programme avant que le métrage ne s'oriente vers un style beaucoup plus noir. En effet, au bout de vingt minutes commence un massacre dont la violence laisse dubitatif: les enfants sont étripés avec force jets de sang et meurent horriblement.

Tout ça pour une sombre histoire de prince héritier caché à Shaolin. La baston générale débute donc aux environs de la 30eme minutes...pour se prolonger durant les 45 suivantes. Des méchants arrivent, tuent une dizaines de gosses, ces derniers répliquent et triomphent. Une demoiselle cruelle se fache et envoie plus d'hommes (dont une meute de ninjas) et le cycle reprend.

Les combats ne sont pas mauvais, même si on distingue cables et ficelles, mais l'ensemble est rapidement saoulant et provoque vite d'irrépressibles baillements, au point qu'il faut faire de gros efforts pour ne pas céder à la tentation d'accélérer tout ça.

Au final, un vieux moine va trouver les méchants et les appelle au calme. Ceux-ci décident qu'il n'a pas tort et promettent d'arrêter de faire des bétises. Tout est donc rentré dans l'ordre au bout d'une heure et quinze minutes.

Ben faut vraiment aimer le kung fu bis pour regarder jusqu'au bout. Il y a quand même deux ou trois passages un peu plus réussis (un peu j'ai dit) mais rien de vraiment bien. Comme l'image est pourrie et le son pas terrible en mono et VF d'époque, le tout peut s'éviter sans regret.