BROKEN OATH

Titre: Po jie
ou: Broken Oath
Réalisateur: Jeong Chang Hwa
Interprètes: Angela Mao

 

Bruce Leung
Sammo Hung
Sunny Yuen
Michael Chan
Casanova Wong
Alan Chang
Année: 1977
Genre: Kung Fu
Pays: Hong Kong
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

80 %

Résumé:

Une femme agonise dans une prison en donnant naissance à son unique enfant. Elle raconte à un petit voleur comment sa vie a été détruite par une bande de criminels qui ont tué son mari avant de la violer. Le voleur accepte d'élever l'enfant, une petite fille nommée Pure Lotus, qu'il confie au monastère de Shaolin dans l'espoir d'arrêter la spirale de violence. Mais l'idée de vengeance est trop présente et la jeune femme se lance à la poursuite des meurtriers de ses parents.

Critique:

Classique réputé du kung fu, BROKEN OATH s'avère - une fois n'est pas coutume - à la hauteur de sa réputation! Si de nombreux titres fantasmatiques des années 70 se sont révélés, en effet, quelque peu décevants lors de leur vision effective, ce n'est pas le cas de cette très simple mais réussie histoire de vengeance.

Angela Mao est l'héroïne de cette intrigue et, pour son dernier film produit par la Golden Harvest, elle nous offre un véritable concentré d'énergie mis en image par Jeong Chang Hwa, le réalisateur de LA MAIN DE FER, dont ce fut l'ultime long métrage. Même si ces années de gloire sont derrière elle, la belle Angela, un temps considéré comme le pendant féminin de Bruce Lee a une époque où le règne des demoiselles combattantes touchait à sa fin, demeure parfaite. Séduisante, rageuse, bouillonnante d'énergie, aussi gracieuse que redoutable dans sa maîtrise martiale, Angela Mao domine l'écran.

BROKEN OATH propose une classique histoire de vengeance qui rappellera sans doute le légendaire classique nippon LADY SNOWBLOOD. Ici aussi nous retrouvons une femme violée qui donne naissance à une fille, laquelle grandit, s'initie aux arts martiaux et entame une croisade vengeresse. Elle utilise pour se battre ses talents de combattantes mais également une série de scorpions vivants qu'elle projette sur ses ennemis (et qui ne la piquent jamais, un point du scénario jamais élucidé!).

Durant les quarante première minutes, Jeong Chang Hwa tente manifestement de retrouver l'atmosphère des métrages japonais consacrés à la vengeance. Le rythme est donc apaisé et l'intrigue se développe lentement, entrecoupée de passages consacrés à l'entraînement et de rares combats. Le cinéaste prend son temps pour présenter les personnages et détailler leurs motivations avant de se lâcher dans la seconde moitié du métrage. Là, Jeong Chang Hwa semble retrouver la superbe de ses précédents classiques et nous gratifie d'une suite de combats des plus réussis chorégraphiés par Yuen Woo Ping en personne.

Au niveau martial, rien à redire, BROKEN OATH bénéficie d'un casting maousse costaud de spécialistes. Outre Angela Mao on y retrouve Sammo Hung, Bruce Leung, Sonny Yuen, Yuen Biao, Corey Yuen, Casanova Wong, etc. Outra Angela Mao, évidemment, le film donne surtout la vedette à Bruce Leung, grand combattant adepte du kick spectaculaire vu dans de nombreuses séries B de la même époque (ensuite redécouvert dans CRASY KUNG FU après une longue traversée du désert) et qui délivre ici une série de coups de pied anthologiques. Dommage que l'on n'évite pas l'insupportable Dean Shek, mais malheureusement sa présence semblait un gage de réussite commerciale dont aucun kung fu ne voulait se passer.

Efficace, doté d'un scénario consistant et de nombreuses séquences d'affrontements réussies, BROKEN OATH mérite une vision attentive et s'impose comme un véritable classique du kung fu des seventies.

Aux côtés de LADY SNOWBLOOD, beaucoup plus artistique et travaillé mais également beaucoup moins "fun", ce remake orienté "action" s'impose comme une des meilleures histoire sur le thème éculé de la revanche.