LE JUSTICIER DE SHANGHAI
Titre: Ma Yong Zhen
ou: Boxer From Shantung
ou: La Brute , le Bonze et les Méchants
Réalisateur: Chang Cheh & Pao Hseuh-li
Interprètes: Chen Kuen-Tai

 

David Chiang
Cheng Hong Yip
Ku Feng
Ching Li
 
          
                      
Année: 1972
Genre: Polar / Drame / Kung-fu
Pays: Hong Kong
Editeur  
Violence: * * * *
Erotisme: *

80%

Résumé:

"Ma Yung Chen, un jeune provincial originaire de Shantung, débarque sans un sou en poche à Shanghaï avec la ferme intention d'y trouver fortune et gloire. Dans cete ville où les gangs font la loi, Ma ne peut compter que sur deux chose: son fidèle ami Hsiao Chiang-pei et don incroyable maîtrise de la boxe chinoise. Un talent qui lui vaut d'être remarqué par le charismatique gangster Tan Wei. Ce dernier, impressionné par sa fougue et son ambition, décide de parrainer son irrésistible ascenssion..." [résumé tiré du DVD]

 

Critique:

Voici un grand classique du kung-fu et un des premiers à se concentrer sur des combats de rue et à délaisser les affrontements en costumes situés dans des époques reculées. C'est sous l'influence du "Chinese Boxer" de Jimmy Wang Yu que Chang Cheh va réaliser ce véritable classique qui s'inspire d'un personnage authentique assez proche du fameux Scarface. Différence notable avec le fameux Tony Montana, Ma ne commet jamais de faits répréhensibles même si ses employeurs sont peu recommandables et que son modèle, le gangster Tan (David Chiang) soit une véritable crapule vivant de racket.

La majeure partie du film fut en fait réalisé par Hsueh-li Pao tandis que Chang Cheh supervisait l'ensemble et mettait en scène quelques séquences clés (la première rencontre entre Ma et Tan, le combat contre le monstrueux lutteur russe et, bien sûr, le gigantesque combat final auquel le film doit son statut de classique). Cet affrontement final reste un véritable modèle du genre. Un salon de thé à deux étages, un héros agonisant (on lui a quant même planté une hache dans le ventre - comme quoi on dira ce qu'on veut, mais la hache c'est mauvais pour la santé ^_^ ) et, en face de lui, une cinquantaine de types très hargneux qui vont se battre dans de grandes giclées de sang. Bref, titanesque!

Par contre, avouons que le film est parfois un peu longuet et que les duels de kung-fu ne sont pas franchement exceptionnels, les acteurs se débrouillent mais sans plus: ils n'ont pas de vraie fluidité et leurs mouvements ne sont pas très esthétiques, ils sont plutôt bourrins et secs, un style peut-être efficace dans la réalité mais pas très cinégénique. Le jeu de jambe de Chen Kuan-tai est assez limité, il privilégie plutôt les techniques de poings et l'ensemble est un peu en deça des attentes. Mais le réalisateur compense largement en jouant à fond la carte de la démesure (tous les affrontements se font à un contre 10 au minimum) et de la violence (le sang - très rouge et un peu irréaliste - giclant dans tous les sens).

Chen Kuan-tai trouve donc un rôle fort intéressant et son personnage est bien décrit, partagé entre sa fascination pour Tan (David Chiang) et son orgueil. Ainsi il refuse la pièce que lui offre son "idole" mais il s'achète les mêmes vêtements et un porte-cigarette identique avant de posséder la même voiture que lui. Moralement complexe, le personnage constitue une sorte de truand au grand coeur qui refuse de maltraiter les commerçant mauvais payeur mais qui s'élève pourtant par le crime et le racket.


Bref, voilà un grand classique qui a certes un peu vieilli mais qui tient toujours bien la route et peut en remonter à nombre de productions ultérieures en matière de caractérisation des personnages, de scénario et de combats sanglants. Un grand moment.


Suite au succès du film, d'adroits producteurs lancèrent quatre séquelles sur le marché. Elles mettent en scène la soeur du héros défunt, à savoir Ma Su-Chen. La première suite, "The Avenger" (alias "The Queen Boxer", alias "Ninja Tiger Force") sort à Hong Kong trois mois après l'original (!), en mai 1972. Réalisé par Florence Yu Fung-Chi et interprété par Chia Ling (alias Judy Lee), le film récolta un grand succès. Moins d'un mois plus tard, Jimmy Wang Yu livre sa version du mythe en reprennant le rôle de Ma, lequel survit à ses blessures et se venge en compagnie de sa soeur dans "Rebel Boxer" (Ma Su Zhen Bao Xiong Chou). Suivront encore "The Sister of the Shantung Boxer" et "Shanghaï Boxer".