FRERES DE SANG

Titre: Blood Brothers
ou: chi ma
Réalisateur: Chang Cheh
Interprètes: David Chiang

 

Chen Kuan Tai
Ti Lung
 
 
 
 
Année: 1973
Genre: Drame / Aventures / Wu Xia Pian
Pays: Hong Kong
Editeur Wild Side
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

75%

Résumé:

L'ambitieux Ma est attaqué par deux bandits, Chang et Huang. Il se propose de les recruter et de devenir les chefs d'une bande de voleurs cachés dans les montagnes. Mais lorsque la femme de Huang tombe amoureuse de Ma, les choses se compliquent et la belle amitié entre les frères de sang vole en éclat, d'autant que Ma devient un général de l'armée Qing (Mandchoue)…

Critique:

Inspiré par des événements authentiques, FRERES DE SANG est une œuvre épique et puissante utilisant au mieux le cadre du film historique pour illustrer les destinées de trois amis en proie à la guerre, l'ambition et la violence. Chang Cheh nous raconte donc les passions de trois frères de sang, incarnés par les stars Ti Lung (dans un rôle de méchant à contre-emploi), David Chiang et Chen Kuan Tai.

Pour une fois, la romance sert de déclencheur au récit, avec ce personnage de Ching Li, l'épouse éprise du meilleur ami de son mari, alors que ce dernier passe son temps dans les tripots et les bordels. Autre point inhabituel: l'usage du flash-back. Toute l'intrigue est en effet racontée par David Chiang, accusé de l'assassinat de son ami Ma et invité à se défendre devant le tribunal.

Si FRERES DE SANG est un kung fu, on ne peut pas dire qu'il se conforme aux canons du genre. Les "héros" sont d'ailleurs des officiers de l'armée mandchoue, ce qui était considéré comme commercialement suicidaire au début des seventies. De plus les relations humaines entre les trois protagonistes principaux sont bien développées et nourrissent le récit, tout comme la relation amoureuse.

Même lors des moments romantiques, Chang Cheh parvient à maintenir l'intérêt du spectateur, offrant quelques séquences délicates non dénuées d'une certaine sensualité et qui, heureusement, ne possèdent pas la naïveté de bien des productions hongkongaises de cette époque. Les acteurs livrent tous de très bonnes performances, en particuliers Ti Lung, très crédible au point qu'il reçut la récompense du Meilleur Acteur (ou Golden Horse).

Cette histoire, déjà filmée à plusieurs reprises, avait souvent donné à l'épouse adultère le mauvais rôle mais, étonnamment, le très mysogine Chang Cheh ne tombe pas dans ce travers. La belle Ching Li apparaît sincèrement éprise du noble et ambitieux Ti Lung, alors que Chen Kuan Tai n'inspire guère la sympathie: il la néglige et passe ses soirées à boire en compagnie de prostituée.

Le scénario, riche et intéressant, n'en est pas moins simple à suivre, ce qui change agréablement des métrages dont la complexité artificielle en rend la vision difficile, ainsi que des œuvres simplistes et peu passionnante. Même si les combats ne sont pas le centre d'intérêt principal du métrage, les chorégraphies sont efficaces et les mouvements bien effectués. Tang Chia et Lui Chia Liang ne déçoivent pas avec quelques combats de foule bien orchestrés et une poignée de duels martiaux dans lesquels les armes blanches ont le beau rôle. Si Ti Lung se bat au sabre et Chen Kuan Tai avec deux couteaux, David Chiang utilise un triple nunchaku, une arme que venait de populariser Bruce Lee.

En résumé, FRERES DE SANG est un métrage ambitieux et réussi, donnant au public un spectacle impressionnant, l'aspect épique et violent étant bien équilibré avec le côté intimiste et romantique. Une grande réussite du genre.