VENGEANCE AVEUGLE

Titre: Blind Fury
Réalisateur: Philip Noyce
Interprètes: Rutger Hauer

 

Terry O'Quinn
Brandon Call
Meg Foster
Sho Kosugi
Nick Cassavetes
 
Année: 1989
Genre: Polar / chambara made in USA
Pays: USA
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

70 %

Résumé:

Un ancien du Viet Nam devenu aveugle au combat a subi un entrainement sévère pour triompher du handicap de sa cécité. Samourai moderne, il parcourt les routes et tente de protéger le fils d'un de ses amis, menacé par la pègre.

Critique:

Cette transposition du mythe de Zatoichi se révèle une véritable bonne surprise alors que l'on s'attend au pire de prime abord. Rugter Hauer est donc Nick Parker, un vétéran du Viet-Nam ayant perdu la vue au combat et entrainé par des villageois afin de développer une ouie surdéveloppée qui lui permet de se battre avec une précision démentielle. Il se déplace avec une canne dissimulant une sorte de sabre aiguisé à souhait et protège l'enfant d'un de ses anciens compagnons d'armes.

Le scénario n'a rien d'original mais la mise en scène est très efficace avec un bon rythme et de nombreuses touches d'humour. Lorsque Parker tranche les sourcils d'un méchant d'un coup de sabre il ajoute "je fais aussi les circonsicions". Le métrage contient de nombreuses lignes de dialogues dans cette veine, typiquement années 80: drôles, référentielles et mémorables. De bonnes punchlines, comme on disait en ces temps là.

L'intrigue est classique mais riche en scènes efficaces et les acteurs sont fort convaincants, en particulier Rugter Hauer qui interprète le personnage avec conviction, sans négliger une certaine auto-dérision. On a même droit à une séquence typiquement inspiré de Zatoichi au cours de laquelle Hauer rafle la mise dans un casino. Des passages référentiels plutôt adroitement amenés.

Mais les combats ne sont pas négligés. Pour un film américain de cette époque ils sont franchement bien troussés, dans l'esprit du chambara: nets, rapides et violents, avec quelques belles giclées de sang. On trouve aussi une certaine ambiance un peu western parfois, ce qui ne gâche rien. Quelques fusillades sympathiques sont donc de la partie.

Le final voit Rugter Hauer affronter la vedette invitée Sho Kosugi ("pour battre cet homme il me faudrait Bruce Lee" affirme le méchant. "Il est mort patron" –"Alors amenez moi son frère") au cours d'un duel bien nerveux.

En résumé, voici une bonne série B qui en offre au spectateur pour son argent: action, bastons, humour, auto-parodie. Que demandez de plus pour une soirée de divertissement réussie?