BEAST COPS

Titre:  
Réalisateur: Dante Lam & Gordon Chan
Interprètes: Anthony Wong

 

Michael Wong
Kathy Chow
Stephanie Che
Sam Lee
Patrick Tam

Année: 1997
Genre: Thriller
Pays: Hong Kong
Editeur Hong Kong Legends
Violence: * * * *
Erotisme: * *

80%

Résumé:

Le jeune flic idéaliste Mike Cheung est amené à faire équipe avec le vétéran "Brother" Tung, un homme corrompu et malheureux en amour qui s'est laissé acheter par les triades. Cheung tombe amoureux d'une jeune prostituée, ancienne petite amie du "Big Brother" de la triade locale, que convoite également un truand ambitieux...tout finira forcément très mal!

 

 

 

Critique:

Un bon polar avec un hallucinant Anthony Wong, malade et bouffi (il avoue qu'il prenait des stéroïdes à l'époque du tournage et ça se voit), et un non moins excellent Michael Wong.

Bizarrement, ce film reçut une classification 2B alors qu'il s'inscrit logiquement dans la veine des Category 3 avec leurs clichés coutumiers: des flics pourris, des putes au (plus ou moins) grand coeur, un code d'honneur archaïque et, surtout, un déferlement de violences.

A ce niveau, "Beast Cops" commence plutôt doucement puis s'emballe à mi-course avec une séquence d'agression saignante à souhait. Il se termine dans un véritable carnage: machette dans la gorge, tesson de bouteille planté dans un ventre, crane éclaté, jets de sang, etc.


Les dialogues, pour leur part, sont souvent savoureux comme lorsque le "héros" déclare: "les flics font leur boulôt pour le fric. Les gangsters font leur boulôt pour le fric, mais les flics ont l'avantage de toucher leur paye tous les mois: c'est plus stable".

Tous les passages où une caméra interviewe les protagonistes sont d'ailleurs très éfficaces et révèlent une authentique originalité, le cinéaste adoptant et détournant les codes du documentaires pour un résulat probant.
"Beast Cops" est donc un film curieux et hybride, assez lent, qui prend son temps pour installer une atmosphère.

Il s'attarde sur des détails en apparence insignifiant et passe rapidement sur des passages importants. Bref, Gordon Chan filme de manière éclatée, privilégie les petits riens qui font le sel de l'existence de ses personnages et manie l'humour et la violence avec talent.


Un peu déroutant de prime abord, surtout pour les spectateurs qui espéraient un polar hard-boiled traditionnel, l'ensemble trouve finalement son identité et s'avère passionnant à suivre, malgrè de menu défauts. A voir, donc.

Lauréat de quatre prix aux HK Film Awards: meilleur acteur, meilleur film, meilleur scénario et meilleur réalisateur.