BATTLE ROYALE

Titre: Battle Royale
Réalisateur: Kinji Fukasaku
Interprètes: Takeshi Beat Kitano

 

Aki Maeda
Tatsuya Fujiwara
Chiaki Kuriyama
Masanobu Ando
 

Année: 2001
Genre: Science-fiction
Pays: Japon
Editeur  
Violence: * * * *
Erotisme: * *
Suite: Battle Royale 2

85%

Résumé:

Au Japon, au cours du vingt et unième siècle, le climat socioéconomique s'est dégradé au point qu'une sorte de dictature militaire a pris le pouvoir pour juguler la violence. Afin de servir d'exemples, une quarantaine de lycéens sont conduits sur une île isolée. Durant trois jours ils vont devoir s'entretuer et seul le dernier survivant aura la vie sauve.

 

Critique:

Grand film barbare et bel exemple de politique fiction mêlée de divertissement, "Battle Royale" suscita la polémique mais apporta également la consécration à Kinji Fukasaku, un cinéaste septuagénaire auteur d'oeuvres aussi diverses que la fameuse saga "Combats sans code d'honneur", la super-production catastrophe "Virus" ou "San Ku Kaï".


Ce fut son dernier film puisqu'il mourrut durant le tournage du bien-nommé "Requiem" (alias "Battle Royale 2") terminé par son fils. Ici, Fukasaku s'en prend violement à la société du spectacle au travers de la télé-réalité mais, histoire de brouiller les pistes, il choisit la voie du spectacle et non celle du pénible pensum. Voici donc un mix improbable entre les slashers américains survival, le film d'action, la comédie noire et la satire sociale, le tout étant émaillé de considérations philosophiques.


Comme beaucoup de cinéaste, Fukasaku emprunte la voie de l'anticipation et de la fiction pour traiter, en fait, d'une réalité quotidienne au Japon (mais le message est universel): montée du chomage sans précédent, laissés pour compte du système éducatif, incapables de gérer la donne, travailleurs épuisés par la lutte préfèrant choisir le suicide, violence aveugle explosant sans raison, etc. Les jeunes ne comprennent plus leurs ainés...et ceux-ci ne comprennent plus leur progéniture, une incompréhension mutuelle qui débouche sur un conflit de moins en moins larvé.


Dans ce film, l'interprétation est excellente et Kitano livre une prestation mémorable. La mise en scène, elle, va au-delà du simple jeu de massacre par des détails signifiants: le nombre de morts et de survivants des affrontements est indiqué à l'écran tandis que des considérations philosophiques nous sont fournies à intervalles réguliers. Des pauses bienvenues, sous forme de message invitant à la réflexion. La musique est toujours efficace et utilisée à bon escient, elle aussi.


Mais on peut également prendre le film comme un simple divertissement. Et c'est une vraie réussite: ultra-violent, gore à souhait, les nombreuses mises à mort qui émaillent le métrage renvoient aux meilleurs films d'horreur. Bref, voici du tout bon spectacle, aussi violent qu'intelligent.