BANG RAJAN

Titre: Bang Rajan
ou:

Legend of the Village Warriors

Réalisateur: Tanit Jitnukul
Interprètes: Jaran Ngamdee

 

Winai Kaributr
Bonjkoj Khongmalai
 
 
 
 
Année:  
Genre: Guerre / Historique / Aventures
Pays: Thailande
Editeur  
Violence: * *
Erotisme: *
Suite:  

70 %

Résumé:

1765. Le petit village de Bangrajan, en Thaïlande, s'oppose pratiquement seul à l'invasion des troupes birmanes. Chaque guerrriers est là, prêt à défendre son pays et à mourir pour lui, alors que les Birmans, inexorablement, s'avancent, 1000 fois plus nombreux…

Critique:

Précédé d'une réputation enviable de monument du cinéma barbare, Bang Rajan est, au final, une petite déception. Présenté comme un film d'aventures épiques, sanglant et empli d'action, ce gros budget thailandais propose, finalement, tous les clichés en vigueur dans les productions guerrières du monde entier depuis près d'un siècle.

Le script est réduit à sa plus élémentaire expression (en gros les bons villageois et les méchants assiégeants s'affrontent), qui rappelle les classiques Alamo, Zulu ou Assaut. Voire les bandes dessinées Astérix ou le roman de fantasy Legend, de David Gemmel! On peut multiplier les comparaisons, la thématique est vieille comme le monde et la légende de Troie: d'un côté une poignée de héros, de l'autre de très très méchants envahisseurs. La plupart des personnages sont stéréotypés et les dialogues paraissent avoir déjà été entendus des centaines de fois.

Le tout n'est pas, non plus, exempt d'invraissemblances, comme ces villageois athlétiques et plein de vigueur malgré les privations et le siège qu'ils subissent. Et l'inévitable pincée romantique paraitra sans doute fort mièvre et naïve. La mise en scène, de son côté, se met au niveau de nombreuses réalisations récentes en privilégiant les plans "pris sur le vif", comme filmés à l'arrachée. Ce qui ne facilite pas, peu sans faut, la lisibilité des scènes d'action, certaines étant beaucoup trop brouillonnes pour convaincre ou impressionner.

Que de défauts, serait-on tenté de dire! Oui, c'est vrai mais, heureusement, Bang Rajan possède également quelques véritables qualités. Entre autre, une volonté perceptible de bien faire et d'en donner au spectateur pour son argent. Même si cela reste au niveau des intentions, la générosité musclée de Bang Rajan respire l'authentique envie d'en découdre avec le "film de guerre historique". Le sang gicle, la violence est omniprésente et les batailles sont furieuses. En particulier le final, précédé d'une savante gradation, qui donne in extremis au métrage ce coté grandiose, furieux et rageur, apanage des meilleures œuvres guerrières.

On pardonnnera donc au cinéaste de verser dans le sentimentalisme et de multiplier les clichés comme ces personnages désireux de se rejoindre dans la mort, même déchiquetés par les armes ennemies. Certains villageois bénéficient également d'un certain développement psychologique, le scénariste leur offrant un minimum de background historique afin de permettre de nous y attacher. Parfois cela fonctionne, parfois pas.

Les Birmans, eux, sont des méchants. Des envahisseurs. Des tueurs. Bref, des salauds. Bang Rajan ne cherche pas à ménager les susceptibilités. Il ne laisse aucune place à l'objectivité, ne remet aucunement les événements dans une perspectives historiques et n'énonce que rapidement les causes du conflit. En clair, le politiquement correct n'a pas sa place ici, le film étant strictement et violemment nationnaliste, voire xénophobe. Une prise de position tranchée qui peut plaire ou pas au spectateur occidental, le public thaïlandais ayant, évidemment, réagit favorablement à cette représentation en noir et blanc, sans aucune zones de gris.

 

Notons aussi le côté réaliste de certaines parties du métrage, le réalisateur s'appliquant à détailler, même brièvement, la vie quotidienne de ces villageois, rappelant que ceux-ci sont tout d'abord des hommes, des paysans ayant une vie monotone de labeurs, avec ses joies et ses peines. Ensuite, et seulement ensuite, ce sont des combattants.

Bang Rajan constitue, au final, un divertissement efficace. Une bonne introduction au cinéma thaï et un agréable spectacle. Le scénario aurait sans doute gagné à être plus travaillé, les personnages auraient mérités davantage de nuances et de caractérisation et, surtout, les passages d'action auraient grandement bénéficiés d'un montage plus lisible mais, en l'état, Bang Rajan remplit honnêtement son contrat.