LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS

Titre: Around The World In 80 Days
ou:  
Réalisateur:  
Interprètes: Jackie Chan

 

Steve Coogan
Cécile de France
Arnold Schwarzenegger
Sammo Hung
Maggie Q.
Karen Mok
John Clesse
Hugh et Owen Wilson
Kathy Bates
Rob Schneider
Année: 2004
Genre: Aventures
Pays: USA
Editeur  
Violence: *
Erotisme: *
Suite:  

50%

Résumé:

Philleas Fogg, un inventeur anglais, fait le pari de parcourir le monde en moins de 80 jours. Accompagné d'un agent secret chinois se faisant passer pour un valet français, il entame son périple alors que la police le soupçonne d'un énorme cambriolage.

 

Critique:

Voici la nouvelle production d'aventures mettant en vedette Jackie Chan... Minute! Jackie Chan n'est il pas sensé incarner Passe-partout, soit le sidekick de Philleas Fogg? Si. Mais c'est pourtant bien le (vieillissant) Jackie qui est la vedette de cette super-production, dans le rôle d'un chinois essayant de passer pour un valet français stylé. Et, dès le début, on comprend que le film ne sera pas à la hauteur...

Déjà, il paraît bizarre d'avoir modifié le scénario pour transformer une histoire amusante en roccambolesque course-poursuite dans laquelle interviennent de méchants Chinois trafiquants d'oeuvres d'arts, associés à de vils anglais. Mais passons sur le respect de l'oeuvre littéraire...ou plutôt le non-respect des américains car on en a malheureusement l'habitude.

Le film se limite donc à une succession de saynètes décousues d'un intérêt variable dans lesquelles une pléiade de vedettes effectue un rapide tour de piste. Outre le trio Jackie Chan, Jackie Coogan et Cécile de France, on retrouve ainsi Sammo Hung et Arnold en personne, ainsi que les chanteurs Macy Gray et Perry Blake, les inévitables John Cleese, Luke et Owen Wilson et encore Rob Schneider, Maggie Q, Karen Mok et Kathy Bates. Bref, du beau monde pour un spectacle souvent très lourd et dénué de la moindre fantaisie.

Le voyage passe par différents lieux connus - de véritables cartes postales vite brossées - et permet des vignettes parfois amusantes, parfois pénibles. Londres, Paris, la Turquie, l'Inde, l'Hymalaya, la Chine, San Francisco, le Far West et New York constituent les principales étapes du périple avant un retour à Londres qui renoue (enfin!) avec le roman pour le rebondissement final.

De ce fatras mal maîtrisé on retiend surtout l'épisode turc avec un Arnold libidineux et mégalo décidé à garder Cécile de France dans son harem en tant que septième épouse ("une pour chaque jour"). Amusant mais malheureusement filmé sans grand talent, avec une estéhtique pauvre pour un budget de cet ampleur. De même, l'arrivée en Chine permet à tout le monde un gros clin d'oeil à la série culte de Tsui Hark "Once Upon A Time In China" avec l'arrivée de Wong Fei Hung sur la musique célèbre de la série (dont on rappelle que la chanson du second volet était due à Jackie Chan lui-même). Quelques combats sont alors menés avec une certaine énergie mais Sammo Hung, lui aussi, se fait vieux et l'ensemble ne remporte pas vraiment l'adhésion.

Le reste du film consiste en une suite de gags plus ou moins réussis (les frères Wright sont bien croqués) mais souvent pachydermiques. Notons également que tout le monde parle et comprend l'anglais, que ce soit les parisiens ou les enfants d'un village perdu de Chine en passant par les princes turcs. Crédible, n'est-il pas? La plupart des bonnes idées (comme le combat dans une expo de peinture où se trouve Van Gogh) étant ruinées par le piètre talent du réalisateur, incapable de pousser le délire suffisamment loin, il ne reste qu'un divertissement assez quelconque, prototype du blockbuster estival et familial.

Pas vraiment raté mais peu passionnant, ce "tour du monde" ennuie souvent tout au long de ses 2 heures (et franchement c'est long!) de projection. Médiocre mais regardable.