A TRUE MOB STORY

Titre: Lung Joi Kong Woo
ou: Long Zai Jiang Hu
Réalisateur: Wong Jing
Interprètes: Andy Lau

 

Gigi Leung
Suki Kwan
Mark Cheng
Alex Fong
Sam Lee
Année: 1998
Genre: Action / Polar
Pays: Hong Kong
Editeur CTV
Violence: * * * *
Erotisme: * *
Suite:  

75%

Résumé:

Un petit gangster sauve la vie du fils de son patron. Après la mort de sa femme, il s'enfonce dans la déchéance, devenant une sorte de serviteur aux mains de ses supérieurs qui n'ont plus la moindre estime pour lui.

Critique:

Le producteur Wong Jing n'a jamais été réputé pour sa finesse, se spécialisant dans un cinéma racoleur et vulgaire aux prétentions bassement commerciales. Quelle surprise donc de le retrouver derrière la caméra de ce drame solide, bien mené et globalement réussi. Le scénario est typique des "polars de triades", si populaire durant la seconde moitié des nineties, mais se permet une certaine complexité doublée d'une relative ambiguité au niveau des personnages, plus développés que de coutume. Andy Lau incarne un gangster ayant sauvé la vie de son patron mais qui, au fil des années, n'est plus que l'ombre de lui-même, un petit voyou pas bien méchant et sans envergure, frimeur, beau parleur mais surtout fatigué et lâche.

L'amitié amoureuse d'Andy Lau pour la prostituée incarnée par Suki Kwan donne au film son côté mélodramatique mais la situation change radicalement lorsqu'une belle avocate entre en scène. Cette dernière, jouée par la très jolie Gigi Leung, va complètement bouleverser la donne: elle est prête à remettre complètement sa vie et sa carrière en question pour le bel Andy Lau. Toute cette partie n'est ni vraiment crédible ni franchement subtile mais Wong Jing parvient à garder jusqu'à la fin l'intérêt du spectateur et, rien que pour ça, il lui sera beaucoup pardonné.
Reste que ce personnage est vraiment peu développé et tire indubitablement vers le bas ce A TRUE MOB STORY sinon fort convaincant.

Etonnament, le cinéaste évite l'aspect racoleur et "mode" de ses productions les plus mercantiles, comme par exemple la saga YOUNG AND DANGEROUS, qui donne des triades une image édulcorée et volontiers séduisante. Ici, les mafieux sont présentés comme des personnages certes peu recommandables mais pas tous irrécupérables: Andy Lau incarne donc un archétype du cinéma de genre, à savoir le voyou au bon fond, pour qui la mafia est une "entreprise" et la vie criminelle un boulot comme une autre. L'acteur s'en sort bien et offre une belle composition.

Niveau action, nous avons droit à quelques bastons effectives, même si ce n'est pas le principal intérêt du cinéaste. Les passages à tabac, violences, scènes de tortures et autres combats de rue sont malgrè tout bien présents et pour la plupart fort bien mené. L'aspect plus romantique est évidemment assez mièvre et naïf mais, dans l'ensemble, le spectateur peut s'y laisser prendre à condition de ranger, pour un temps, son cynisme au vestiaire.

En définitive, et malgrè l'une ou l'autre faiblesse, voici certainement le meilleur métrage de Wong Jing a avoir bénéficié d'une sortie DVD en nos contrée. Une belle surprise.